MACHADO/SHEPPARD
Duo "Impressions"


Auditorium E.N.M.D.
Jeudi 13 Avril 2006

Jean-Marie Machado fut le premier invité de Charleville Action Jazz en 1990, avec son fameux "Trio Machado" qui révéla également les frères Moutin. Depuis, nous avons suivi avec intérêt le déroulement d'une carrière sans faute, invitant à nouveau le pianiste en solo en 1993, puis avec ce fabuleux duo "Impressions" qu'il forme avec Andy Sheppard.
Tout au long de ces années, Jean-Marie Machado a su développer des projets parfaitement aboutis, abandonnant la formule du trio jazz avant qu'elle ne s'épuise, (pour mieux la reprendre récemment avec Jean-Philippe Viret et Jacques Mahieux), tissant des liens de plus en plus étroits avec d'autres musiques, voire d'autres formes d'expression: concerts en solo, avec exploitation parcimonieuse du piano"préparé", rencontre avec le percussionniste brésilien Nana Vasconcellos, création de "Vibracordes", formation mettant en avant un remarquable travail d'écriture, accueillant la section de cordes de l'orchestre philharmonique de Radio France, mais aussi bien Laurent Dehors, David Chevalier et Roman Lopez que des musiciens issus des musiques dites "traditionnelles", et même un conteur. Citons également la mise en musique de contes en direction d'un jeune public , et de nombreuses créations lui permettant d'écrire pour cordes, chœurs et percussions, tout en revenant régulièrement à des formules plus "jazz", comme avec le quartet Lyrisme, au sein duquel œuvrait déjà Andy Sheppard, également membre du sextet "Andaloucia" revisitant la musique espagnole du 20ème siècle. (Albeniz, Granados, De Falla)
Depuis des années, Machado navigue entre improvisation et écriture, jazz et relecture de partitions classiques, musique et littérature, racines et modernité.
Tout ce travail trouve un aboutissement dans ce programme en duo avec Andy Sheppard ( également développé avec l'adjonction d'une section de cordes ). Jamais peut-être les harmonies de ces compositeurs de la période impressionniste que sont Ravel, Debussy, Poulenc et Fauré n'ont-elles fusionné avec autant de bonheur avec des accords et un phrasé issus du jazz. A tel point que les compositions de Machado, s'intercalant entre les partitions classiques semblent faire partie du même univers. Andy Sheppard, comme à son habitude, atteint la perfection, et l'on comprend aisément pourquoi de grands compositeurs tels que Carla Bley et Georges Russell font si souvent appel à lui.

La prestation des musiciens était particulièrement mise en valeur par la superbe acoustique de l'Auditorium de l'E.N.M.D. dont la réverbération naturelle convenait parfaitement à ce type de musique. Quel plaisir que de saisir chaque nuance des instruments sans qu'ils soient amplifiés, arrangés par une sonorisation. On s'émerveille quand le soprano de Sheppard introduit une mélodie, faisant sonner les harmoniques du piano et en jouant avant que Machado ne s'en empare pour les transformer en de subtiles harmonies sur lesquelles il va développer le thème.

Le duo s'était produit deux jours avant dans le cadre du Festival du Mans, et Francis Marmande signait dans l'édition du Monde du vendredi 24 Avril un compte-rendu dithyrambique dont je me permets de citer un large extrait:
"La mélodie serrée au plus près. La clarté de l'articulation, son côté perlé, celle du mariage des sons ; la liberté conquise dans l'exigence, sans renoncer à rien : toutes les origines sont exploitées à fond, le lien entre technique et liberté parfaitement exact.....Ce duo "Impressions", parallèlement aux concerts en trio, en solo, au sextet Andaloucia, marque un sommet....Un concert réussi, réussi à ce point répond moins à une secrète alchimie qu'à une poignée d'équations à onze inconnues. Etrange intensité, violente densité. Machado n'a jamais changé de cap. Sheppard, réclamé de tous les points du monde pour son expressivité funky ( chez Carla Bley) ou exemplaire ( chez Georges Russell) est le partenaire idéal.....
De Ravel à Debussy, le rapport entre les deux instrumentistes, entre les deux formes, entre musique et textes, dans la proximité de la poésie, touche à l'absolu...
Deux immenses musiciens: Machado (nom de deux poètes) et Sheppard (humble génie)".

Ces mots de Francis Marmande s'appliquent tout aussi bien au concert de Charleville-Mézières. Le public, moins nombreux malheureusement que lors des derniers concerts organisés par CAJ, a montré par des applaudissements chaleureux qu'une musique d'une telle exigence, transcendant les genres était synonyme de bonheur absolu.

Patrice Boyer
photos Michel Renaux

retour page d'accueil
retour page d'archives